Entrer dans la prière: la maladie et le handicap

Publié le 7 Novembre 2013

Entrer dans la prière: la maladie et le handicap

Prière composée par Soeur Maya, op, moniale dominicaine à Chalais

Méditation avec le psaume 40 :

« Heureux qui pense au pauvre et au faible : Le Seigneur le sauve au jour du malheur ! Il le protège et le garde en vie, heureux sur la terre.»(Psaume 40 versets 2 à 3). « Si quelqu’un vient me voir, ses propos sont vides, il sort et dans la rue, il parle » (Psaume 40 verset 7).

Maladies graves et handicaps sont de vrais malheurs qui blessent tout le monde : ceux à qui ils arrivent, bien sûr, mais aussi tous les proches et l’entourage, car le lien social s’en trouve profondément altéré.

Un corps handicapé rebute, fait peur, rend difficile les relations, isole dans la grande majorité des cas. Mais ce corps limité, souffrant, c’est le mien, c’est le nôtre, car la maladie est une des expériences les plus communes de la vie humaine, c’est notre part de fragilité, de vulnérabilité. Qui peut dire qu’il en sera pour toujours à l’abri ?

La vie est plus forte que nos performances, et/ou nos incapacités physiques : par-delà les traversées de désert, et les lassitudes innombrables, le courage, la patience, l’humour même, font éclater une qualité de vie et de joie qui n’a pas de prix ! Le psalmiste le sait bien quand il s’écrie :

Oui, je saurai que tu m’aimes. Dans mon innocence, tu m’as soutenu et rétabli devant ta face » (Psaume 40 versets 12 à 13).

A la fin du psaume, la personne qui souffre bénit Dieu et reconnaît la bénédiction de Dieu dans sa vie et pour toujours : « Béni soit le Seigneur, Dieu d’Israël, depuis toujours et à jamais. » (Psaume 40 verset 14).

Prions :

  • Que dans notre société de confort et de bien-être, les malades, les handicapés ne soient plus des exclus, mais des personnes humaines à part entière qui luttent pour la vie, et qui ont des besoins et des droits particuliers.

  • Que nous sachions les regarder avec un vrai regard de compassion, qui les accueille et les respecte jusqu’au bout, par-delà tous les dérangements et incompréhensions.

  • Que nous apprenions à faire face aux adversités de la vie avec détermination et confiance en la bonté de Dieu qui veut la vie et le bonheur de tous ses enfants. Que ces épreuves de handicap et de vulnérabilité nous conduisent peu à peu à croire que la vie est plus forte que la mort.

Pour découvrir une analyse sur le handicap en France,cliquez ici

Pour découvrir une réflexion sur handicap et résurrection des corps, cliquez ici

Pour découvrir une initiative d'intégration des handicapés à la vie de l'Eglise, cliquez ici

Entrer dans la prière: la maladie et le handicap