Le cri de novembre 2013: le handicap en France

Publié le 7 Novembre 2013

Le cri de novembre 2013: le handicap en France

Plus d'un Français sur cinq en âge de travailler souffre d'un handicap important.

Des éléments d'analyse

D’après l’INSEE, 1,8 millions de personnes de 15 à 64 ans ont une reconnaissance administrative de handicap. En ajoutant les personnes qui déclarent rencontrer des difficultés importantes dans leur activité quotidienne ou avoir eu un accident du travail dans l'année, l'INSEE estime à plus de 20% le nombre de Français en âge de travailler souffrant de handicap.

Le handicap s'il est une réalité physique est aussi le produit d'une construction sociale. C'est la société en fonction du regard qu'elle pose sur tel ou tel handicap qui décide qui est désigné comme handicapé et qui ne l'est pas.

Pour lire la suite de cet article, cliquez ici

Ce qu'en dit la foi

Nous recevons toujours la Bonne Nouvelle du Christ dans des circonstances particulières, parce que notre corps, notre expérience, notre culture nous déterminent. Le handicap constitue une de ces circonstances particulières. Alors, qu’est-ce que le handicap nous dit de Dieu ? Y a-t-il une théologie du handicap ? S'interroger sur le handicap peut nous aider à contempler une nouvelle fois le Christ qui s'est laissé blesser dans son Corps et qui est venu glorifier tout ce qui nous constitue, y compris nos handicaps.

Pour lire la suite de cet article, cliquez ici

Un exemple d'initiative

De nombreuses initiatives existent pour aider des personnes atteintes de divers handicaps : accessibilité des lieux publics, adaptation des postes de travail, sports... et accès à la vie de l’Église. Nous nous proposons de présenter quelques initiatives permettant à des personnes sourdes de vivre leur foi, en particulier l’initiative des Missionnaires Dominicains pour l’Apostolat des Sourds (Texas). Regardez par exemple la vidéo de la profession simple en langage des signes d’un frère de cet institut.

Pour lire la suite de cet article, cliquez ici

Pour entrer dans la prière

Si quelqu’un vient me voir, ses propos sont vides, il sort et dans la rue, il parle (Ps 40, 7).

Un corps handicapé rebute, fait peur, rend difficile les relations, isole dans la grande majorité des cas. Mais ce corps limité, souffrant, c’est le mien, c’est le nôtre, car la maladie est une des expériences les plus communes de la vie humaine, c’est notre part de fragilité, de vulnérabilité. Qui peut dire qu’il en sera pour toujours à l’abri ?

Pour lire la suite de cette méditation, cliquez ici