Entrer dans la prière: l'engagement politique

Publié le 16 Novembre 2015

Entrer dans la prière: l'engagement politique

Textes composés par Soeur Nathalie, op moniale dominicaine à Taulignan

MEDITATION :

La vie publique de Jésus, de son baptême jusqu’à sa mort : un modèle pour l’engagement politique ? L’idée n’est pas nouvelle... et grâce à Dieu, l’utilisation de l’enseignement du Christ à des fins terrestres révolutionnaires semble même plutôt dépassée ! Mais si sa vie ne peut être réduite à un engagement simplement humain, elle a bel et bien assumé pleinement cet engagement, sanctifiant ainsi tous nos efforts pour construire une société de justice et de paix.

Quand Dieu fait homme se soumet avec respect aux autorités de son temps et préconise le paiement des impôts (cf Marc 12, 13-17), il ne fait pas que montrer un bel exemple moral d’obéissance ; mais il manifeste ainsi que notre liberté d'élire les personnes que nous avons choisies, fait elle-même partie du projet divin. Dès lors, mettre toutes nos ressources humaines au service de la politique, que ce soit comme élus, comme militants ou comme simples citoyens engagés, à la mesure de nos moyens, dans une saine collaboration avec les autorités, c'est répondre à l'appel de Dieu sur nous.

Quand Jésus critique les abus de pouvoir et propose une nouvelle voie de grandeur : se faire serviteur de tous (cf Marc 9, 42-45), quand il insiste sur la prise en considération des plus pauvres (cf Matthieu 25, 31-46), il ne donne pas là simplement une recette pour « sauver son âme », mais il indique aussi quel état d’esprit, par l’engagement des chrétiens en politique, doit peu à peu imprégner l’exercice de l’autorité.

Quand le Seigneur affirme à Pilate, autorité civile et non religieuse, que son pouvoir lui vient d’en-haut (cf Jean 19, 11), il proclame que rien de ce qui constitue la trame de nos vies et de nos sociétés temporelles n’est méprisable aux yeux de Dieu. Si la destinée ultime de l’homme est la vision de Dieu au Ciel, cette destinée se joue dès aujourd’hui dans l’engagement par lequel nous édifions de notre mieux la société dans laquelle nous sommes immergés : aimer nos frères que nous voyons, c’est déjà aimer Dieu que nous ne voyons pas, nous rappelle Saint Jean (1 Jean 4, 12 et 20).

L’engagement politique peut donc devenir « une forme éminente de la charité », comme nous le rappelait le Pape François dans l’intention de prière du mois de juillet 2015. Se dépenser pour établir entre citoyens un climat d’unité au service du bien commun, c’est préparer le terreau dans lequel pourra fleurir en chacun la charité surnaturelle. Par la grâce du Christ qui est capable de changer l’eau en vin (cf Jean 2, 1-11) ou de faire du grain de sénevé un arbre abritant les oiseaux du ciel (cf Matthieu 13, 31-32), le couronnement de l’engagement politique n’est rien moins que l’édification, humble et cachée jusqu’à la fin des temps, de la Cité céleste !

Arcabas « Vous contemplerez Celui que vous avez transpercé »
Arcabas « Vous contemplerez Celui que vous avez transpercé »

PRIONS (cette prière peut être reprise aux Vêpres du 6 décembre 2015 ou à un autre moment) :

- Pour ceux qui nous gouvernent : qu’ils recherchent constamment le bien véritable du peuple dont ils ont la charge, sans jamais perdre de vue le bien de l’ensemble de l’humanité et de toute la création.

- Pour ceux qui appartiennent à un parti politique : qu’ils sachent, en certaines occasions, unir leurs forces avec celles des partis adverses, pour que toutes leurs actions soient vraiment constructives pour l’ensemble de la société.

- Pour les chrétiens qui s’engagent dans la politique : à la suite de Saint Louis, Thomas Moore, Pier-Giorgio Frassati, Robert Schuman et tant d’autres, que leurs actions publiques soient toujours menées dans un esprit de cohérence avec la foi chrétienne.

- Pour tous les citoyens, particulièrement les chrétiens : qu’ils aient à cœur de construire ensemble la « civilisation de l’Amour » par les petits gestes du quotidien et le respect des autorités qui les représentent.