Une initiative: l'hôpital Saint Martin de Porrès au Cameroun

Publié le 28 Février 2013

Une initiative: l'hôpital Saint Martin de Porrès au Cameroun

Nombreux sont les femmes et les hommes à entendre les appels du Seigneur dans les cris du monde. Et ils sont nombreux à rechercher le meilleur moyen de servir le Christ en servant le plus pauvre. Ce mois-ci nous nous proposons d’illustrer le sujet des inégalités de développement humain avec une initiative que nos sœurs dominicaines ont prise au Cameroun.

Cela commence de manière très interne à l'ordre des Prêcheurs : en 1998, le frère Timothy Radcliffe, alors maître de l’Ordre, a appelé toutes les dominicaines d'Afrique subsaharienne, soit 40 congrégations à une assemblée à Nairobi. Il s’agissait simplement de leur permettre de se rencontrer et de se coordonner d’avantage. Les sœurs acceptent l’invitation et créent un réseau continental, certaines congrégations font connaissance, des initiatives naissent. A Yaoundé, au Cameroun, 7 congrégations dominicaines, originaires d’Espagne, de France et d’Italie décident alors de se rencontrer régulièrement au sein d’une commission Justice et Paix. Les sœurs des Saints Anges de Lille et de la Présentation de Tours sont de la partie. Il s’agit de réfléchir, sur les besoins du Cameroun grâce à un observatoire commun des conditions de vie des populations. Des actions sont aussi menées, en matière de formation populaire, de démocratie, ou le droit du travail. Cela permet aux sœurs de mieux comprendre en quoi leurs différents charismes et enracinements locaux peuvent se compléter. Bientôt, la joie de travailler ensemble leur donne envie de monter une action de plus grande envergure.

La congrégation Santo Domingo propose un projet de centre de santé dans un quartier défavorisé de Yaoundé et finalement toute la famille dominicaine s’y associe. Les compétences et expériences des sœurs leur permettent de mener l’opération à bien : Sœur Christine de Santo Domingo est médecin, Sœur Bernadette Tricoit des Saint-Anges est infirmière et a déjà créé un hôpital de 40 employés par le passé à Kongsamba, au Cameroun. La construction de l'hôpital de Yaoundé débute en 2005 et il ouvre dès 2008 sous le vocable de Saint Martin de Porres. Une taille critique est atteinte avec une équipe de 15 médecins et 150 employés. De nombreuses ONG internationales (en particulier en Espagne) soutiennent le projet pour aider à la formation du personnel et au suivi des cas les plus graves.

L'hôpital est caractérisé par l’accent mis sur les valeurs humaines, chrétiennes et professionnelles. Bien que les soins soient payants, l'accueil et le traitement du plus pauvre restent premiers. Des arrangements, tels que des systèmes de cautions sont créés pour les malades les plus indigents. La volonté de ne pas faire de différences dans la composition de l'équipe est clairement affirmée malgré les réticences locales. Les sœurs sont présentes dans le corps médical ou dans l'animation spirituelle de l'institution, les frères participent à l'aumônerie et les fraternités dominicaines sont représentées parmi les employés.

Très vite, d'autres difficultés liées en partie aux problèmes de santé sont observées et appellent d’autres initiatives. Les malades atteints du SIDA se multiplient à l’hôpital pour dépasser le millier de dossiers en 2011. Sœur Bernadette anime alors des groupes de soutien pour les personnes sidéennes, principalement des femmes. Dans ces groupes, les difficultés financières des malades apparaissent bientôt comme étant leur principal problème une fois la santé stabilisée. En effet, beaucoup se sont adressés à l'hôpital en dernier recours, après avoir essayé toutes les solutions proposées par la médecine traditionnelle, et y avoir perdu le peu d'argent disponible. Pour tenter d’améliorer la situation des malades, sœur Bernadette monte une solution de micro-crédit, appuyée sur une ONG espagnole spécialisée. Un crédit contractualisé, sans intérêt, est accordé pour commencer des activités telles que des poulaillers, des ateliers de teinture de tissus, des petits commerces. De surcroit, une formation à la gestion est proposée. A partir d’un contact médical, des aides au développement économique sont ainsi mises en place.

Santé, économie... Lutter contre les inégalités d'espérance de vie, c'est effectivement prendre en compte les divers facteurs qui en sont la cause. Cette initiative multiforme d'aide au développement en est un bon exemple!

Pour aller plus loin :

http://www.dsiop.org/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=473:the-st-martin-of-porres-centre-in-cameroon&catid=18&Itemid=42

http://www.ured-douala.com/galerie.asp?id_cat=493

http://www.fundaciocreatia.org/es/projects/year/2011/2/434

http://logiksystem.com/2012/08/19/lema-sysgeho-a-lhopital-saint-martin-de-porres/

http://www.dsiop.org/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=680:cours-de-spiritualite-dominicaine-en-cameroun-2009&catid=70:galerie-photos&Itemid=100006

Salle de soins, hôpital Saint Martin de Porrès, Cameroun

Salle de soins, hôpital Saint Martin de Porrès, Cameroun