Un regard de croyant sur la solitude

Publié le 9 Février 2013

"Il n’est pas bon que l’homme soit seul" (Gn 2,18)

Cette phrase que le récit de la création place dans la bouche de Dieu indique que le Créateur a fait l’homme pour qu’il soit un être de relation. Dans l’Ancien Testament, de nombreux textes soulignent l’indigence de ceux qui sont coupés des liens communautaires traditionnels. C’est le cas de l’immigré, de la veuve ou de l’orphelin, présentés comme particulièrement défendus par le Seigneur en raison de la pauvreté que leur exclusion sociale manifeste (Ex 22,21-23). L’attitude de Jésus est d’aller encore plus loin dans ce domaine et de réintégrer ceux que l’impureté excluait de leur communauté d’appartenance. On peut penser, par exemple, au lépreux, auquel la loi imposait de se tenir à distance du groupe, mais que Jésus va guérir (Mc 1,40-45) lui rendant à la fois santé et vie relationnelle. Le Concile Vatican II développe toute cette perspective quand il affirme : « L’homme, de par sa nature profonde, est un être social, et sans relations avec autrui il ne peut vivre ni épanouir ses qualités. » (Gaudium et Spes 12,4) et plus loin : «c'est par l'échange avec autrui, par la réciprocité des services, par le dialogue avec ses frères que l'homme grandit selon toutes ses capacités et peut répondre à sa vocation. » (Gaudium et Spes 25,1).

La solitude choisie, lieu de rencontre avec Dieu

Si la solitude subie est clairement combattue par la Bible, comme on vient de le voir, de nombreux passages soulignent également que la solitude choisie ou assumée peut constituer un lieu incontournable de rencontre avec Dieu. On peut évidemment penser à l’expérience du combat de Jacob, à l’expérience d’Elie sur l’Horeb ou aux moments où Jésus se retire pour prier de manière solitaire. La vie érémitique ou certaines formes de vie monastique ont particulièrement développé cet aspect de la solitude. Enfin, on peut souligner que Saint Thomas d’Aquin indique que l’homme a certes besoin de relations pour exercer sa charité, pour son plaisir ou pour être aidé dans le bien qu’il accomplit, mais que cette nécessité est limitée à la vie présente. Selon Saint Thomas, face à Dieu, la présence d’une société d’amis n’est pas nécessaire à la béatitude de l’homme qui sera alors totalement comblé… mais elle concourra à « l’heureux épanouissement de la béatitude » (Somme théologique, Ia, IIae, q.4 a.8)

Un appel pour nous

Comme chrétiens, nous n’avons à laisser personne isolé. Au regard de la foi, aider quelqu’un à sortir de sa solitude, c’est l’aider à exister selon sa vocation de créature de Dieu. Si quelqu’un se trouve coupé de relation, Dieu le cherche, l’attend, le désire. Et nous, nous sommes son corps, ses mains ici dans nos sociétés. Se trouver devant quelqu’un d’isolé est éprouvant et troublant. Quels mots, quels gestes, quelle attitude avoir ? Devant celui qui souffre de solitude, nous sommes appelés à devenir nous aussi pauvres, démunis, sans réponses sûres, sans sécurité. Cela pour pouvoir le rejoindre et être présents à ses côtés. C’est alors que nous pouvons risquer un mot, une phrase, un geste. La solitude ne s’expose pas, ne se déclare pas. Alors comment l’apercevoir, la reconnaître ? Il faut nous transformer en guetteurs, en veilleurs. On s’aperçoit alors que certains ne viennent plus, ne parlent plus. Leur timbre de voix est moins assuré, ils restent à l’écart, ou partent très vite. Si nous vivons cette ouverture, notre chemin va être détourné, comme celui du bon Samaritain, et nous faire entrer dans le temps donné, le temps de la gratuité, le temps de l’espérance. A nous aussi de rappeler à ceux qui sont seuls, que dans le silence qui leur est imposé par les circonstances est aussi habité par une présence : celle de Dieu qui se rencontre dans le silence, celle de frères et sœurs chrétiens qui prient et entourent tout membre du corps du Christ qu’ils soient physiquement présents ou non.

Pour lire une analyse sur le phénomène de la solitude en France, cliquez ici

Pour lire la présentation d'une initiative luttant contre la solitude, cliquez ici

Kramskoy, Christ au désert, Gallerie Tretyakov, Moscou

Kramskoy, Christ au désert, Gallerie Tretyakov, Moscou